Lymphe

La lymphe est le principal constituant du système lymphatique (qui fait lui-même partie du système éliminatif) et qui a pour but de recueillir et de diminuer la toxicité des déchets produits par le fonctionnement du corps.

Notons au préalable que tout organe est constitué de sang, de cellules et de lymphe. La lymphe est omniprésente dans le corps, elle entoure la cellule pour drainer les déchets produits par celle-ci. La cellule est en réalité entourée par le liquide interstitiel qui est de type lymphatique et qui est directement lié à la lymphe.

Chaque organe, dont les émonctoires, sont composés de cellules baignées par de la lymphe (liquide interstitiel) et alimentées par le sang.

Le système lymphatique est de type gras, c’est à dire qu’il est constitué d’acides gras. Les produits gras dans l’organisme nous protègent des agressions acides, ils sont dits anti-inflammatoires.

La lymphe recueille les déchets pour les épurer dans ce qu’on appelle les ganglions lymphatiques. Ces ganglions ont pour vocation de diminuer la toxicités des produits se trouvant dans la lymphe grâce à une population bactérienne et de micro-organismes qui s’en nourrissent.

Une fois les déchets épurés, ils peuvent alors être évacués à n’importe quel endroit du corps puisque la lymphe est présente partout, et ainsi être conduits vers les émonctoires via les canaux et les vaisseaux lymphatiques. Ce fonctionnement est une supposition car il n’a pas été possible de le vérifier, mais il est probable que les toxines soient évacuées par effet de proximité : une fois leur agressivité diminuée, elles pourraient passer via la lymphe et le liquide interstitiel (la lymphe étant partout) vers les émonctoires.

Le système lymphatique n’a pas de « porte de sortie » directement vers l’extérieur. La lymphe est en permanence et en tout endroit en contact avec le sang mais de part leur nature non miscible (la lymphe est un milieu gras tandis que le sang est aqueux), ils restent séparés l’un de l’autre. En revanche, il existe des échanges entre le sang et la lymphe en leurs points de contact.

Bien que la lymphe et le sang ne soient pas miscibles de nature, il peut y avoir à tout instant des flux de matière entre les deux afin de faire passer soit les éléments nutritifs vers le sang, soit les déchets vers la lymphe.

Par contre, aucun élément toxique ne passera de la lymphe vers le sang.

Dans les déchets collectés par la lymphe, s’il se trouve des éléments intéressants pour nourrir le corps, alors, lors des échanges entre le sang et la lymphe, ceux-ci passeront dans le sang pour nourrir les cellules, mais en aucun cas des déchets ne seront déversés dans le sang, à moins que la lymphe ne soit « saturée » et « déborde » d’éléments toxiques qu’elle ne pourra plus accepter et qui de ce fait resteront dans le sang.

Lorsque les ganglions se trouvent « engorgés » et n’arrivent plus à diminuer la toxicité des déchets, les matières alors évacuées sont encore trop acides et provoquent ainsi une inflammation à l’endroit où elles se trouvent.

Les organes qui, par saturation des ganglions lymphatiques de proximité, ne peuvent plus évacuer leurs déchets se retrouvent congestionnés et ne peuvent plus assurer correctement leur fonction.

Tout dysfonctionnement d’un organe est lié à une congestion lymphatique.

La lymphe est l’élément anti enflammant du système, c’est celui qui va diminuer la toxicité afin de pouvoir la faire sortir.

Le système lymphatique ne circule pas par lui-même, il circule grâce aux mouvements réguliers et permanents du corps.

Il est important de noter également qu’il ne peut pas y avoir d’assimilation s’il n’y a pas élimination au préalable. C’est à dire que les nutriments que nous ingérons ne pourront pas être utilisés par le corps correctement si celui n’a pas au préalable évacuer les déchets.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :